La Luciole :: Messe
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 




Messes à Nimes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Luciole Index du Forum -> Religion -> Messes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2011
Messages: 91

MessagePosté le: Lun 28 Jan - 15:47 (2013)    Sujet du message: Messes à Nimes Répondre en citant

 
Citation:
Pélipa marchait sur le chemin enneigée. Le givre avait figé la nature, la mare avait durcie, l’eau qui s’écoulait des toits formaient des stalactites tout le long du trajet jusqu’à l’église.Sa nouvelle église...  Elle avait cueilli du houx fleurie pour donner de la couleur à l’église.


Le vent froid vivifiant s’infiltrait à travers ses vêtements, pressant le pas, elle entra dans l’église et soupira d’aise en sentant l’atmosphère douce et feutrée. Elle signa pieusement et alluma quelques cierges.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 28 Jan - 15:47 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2011
Messages: 91

MessagePosté le: Dim 3 Fév - 01:43 (2013)    Sujet du message: Messes à Nimes Répondre en citant

Pélipa attendit que chacun se soit assit avec de commencer. Elle ouvrit son livre et les regarda en souriant.  

Bonjour à tous, tout d'abord je vais me présenter à vous. Je me nomme Pélipa, je suis la nouvelle sacristine de votre ville. Comme je suis mariée, j'ai un titre différent de curé mais je fais les messes en équivalent. 


En ce beau dimanche matin, je suis heureuse de partager cette première messe qui je l'espère vous comblera. 

Je vous invite à reprendre avec moi le pardon :

Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi,
mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensée, en parole, en action.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi.
Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


show_eval(1,168,"Note","\u00c9valuer","Moins","Plus","ca59c25ecc7b81164186bd3418c7d179");


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2011
Messages: 91

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 12:44 (2013)    Sujet du message: Messes à Nimes Répondre en citant

Pélipa sourit en voyant ces nouvelles connaissances entrer et réciter.

Je vous invite à venir en confession pour absoudre vos péchés

Elle tourna nerveusement la page. Elle respira doucement et parla d'une voix forte et assurée :

Pour communier ensemble, je vous invite a réciter le crédo :

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2011
Messages: 91

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 12:45 (2013)    Sujet du message: Messes à Nimes Répondre en citant

Pélipa leur sourit et repris

Pour ce premier office, j’ai choisi de vous lire un extrait du livre des vertus le Dialogue XIII La réception chez Polyphilos. Sur le thème de l’amitié…

Aristote avait été invité à une réception chez un riche marchand athénien du nom de Polyphilos. C'était un homme riche et puissant, passionné par la philosophie. Il venait souvent écouter Aristote, aussi souvent que ses charges et son statut le lui permettaient. Sa maison était pleine à craquer, et les tables regorgeaient de victuailles.

Citation:
Polyphilos s’adressa à Aristote et lui demanda : Comment trouvez-vous cette réception ?

Aristote : Je vous avoue que je préfère les plus petits comités, on ne s'entend pas, ici. Mais votre maison est splendide et le banquet est digne des plus grands rois.

Polyphilos : Merci pour ces compliments. Mais rien n'est trop beau pour mes amis et j'aime à les avoir tous autour de moi.

Aristote : Tous ces gens ici, sont donc vos amis ?

Polyphilos : Bien entendu. Nul n'entre ici qui ne soit mon ami.

Aristote : Je vois pourtant des gens de toutes extractions sociales et occupant diverses fonctions pour la Cité.

Polyphilos : Et alors ? Je ne suis pas hautain. Je laisse ça au nouveaux riches.

Aristote : Certes, c'est tout à votre honneur. Mais il ne peut s'agir d'amitié véritable. Un vrai ami est un égal car l'amitié doit être parfaitement réciproque et équitable. Si elle ne l'est pas, ce n'est plus de l'amitié mais de l'intéressement. Un roi ne peut rien attendre d'un mendiant, ce dernier est incapable de l'aider en cas de besoin, or l'entraide est la base de l'amitié. Donc il n'y a pas d'amitié possible entre personnes par trop inégales.

Le jeune fils de Polyphilos s'était approché.

Eumónos : Je le répète sans cesse à mon père. Ces gens ne sont pas ses amis et il doit prendre ses distances.

Aristote : Ce serait tomber dans l'excès inverse, jeune homme. L'amitié est le plus grand bien de l'homme. Elle noue les liens des communautés. Et les communautés forment à leur tour la Cité. L'amitié permet les relations sociale et l'Humain peut alors prendre part dans les affaires de la Cité. Et comme la vertu cardinale de l'homme est la participation à la cité, l'amitié est une chose essentielle.

Eumónos : Mais comment trouver un parfait égal ?

Aristote : Ce n'est pas nécessaire. Il faut surtout que l'intéressement ne soit pas trop prononcé dans le chef d'un des prétendus amis. Le juste milieu, celui de la vertu, c'est de savoir s'entourer d'amis véritables, de gens qui peuvent compter sur vous et sur qui vous pouvez compter.


Pélipa marqua une pose et laissa les habitants réfléchir à ce texte.

Ce passage vous explique que l'Amitié Aristotélicienne, ne peut être véritable que si les membres de cette amitié sont égaux l’un envers l’autre.
Nous devons témoigner de la douceur et de la compassion envers les autres.
Nous formons tous ensemble une communauté, nous partageons le même but qui est le partage d’une amitié forte et durable.
Le texte souligne que l’ami est quelqu’un sur qui l’on peut compter et qui peut compter sur nous même.
En ces temps de guerre, cette amitié nous aide à passer les difficultés que nous vivons.

Elle se laissa imprégner par la douce plénitude.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:32 (2017)    Sujet du message: Messes à Nimes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Luciole Index du Forum -> Religion -> Messes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Medieval by Mojy, © 2003, 2005 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com